• J.Todt fera mieux que Mosley à la FIA

     Max Mosley lui-même le pense

    Après avoir obtenu gain de cause en évinçant Flavio Briatore à vie de la Formule 1, Max Mosley se concentre désormais sur sa succession à la présidence de la FIA en défendant la candidature de Jean Todt, dont il assure qu'il sera une source d'apaisement pour la Formule 1.

    « Jean fera bien mieux que moi dans de nombreux domaines [...] et d'une certaine manière, il dérangera moins les équipes parce qu'il ne viendra pas avec la prochaine grande idée, » confie Max Mosley, critiquant ainsi de façon à peine voilée, l'adversaire du Français, Ari Vatanen.

    « Il s'assurera que tout tourne comme une horloge et soit complètement juste, honnête, ouvert et transparent - et c'est ce dont vous avez besoin, » explique-t-il, alors que certains membres du collège électoral de la FIA semblent s'interroger sur leur vote.

    En effet, Jean Todt ne semble pas en mesure d'incarner le renouveau attendu par certains - impression renforcée par le soutien que lui apporte Max Mosley - et sa personnalité, tout comme celle de Flavio Briatore, fait débat puisqu'il a été team principal de Ferrari - d'où une potentielle source de conflit d'intérêt - et qu'il a été impliqué dans diverses polémiques au cours de sa carrière, que ce soit sur le Paris-Dakar ou en Formule 1. Cependant, l'actuel président de la FIA défend celui dont il veut faire son héritier : « Toutes les choses que Jean a fait l'ont été dans le cadre des règles, comme elles l'étaient à l'époque, et dans le meilleur intérêt de son équipe. »

    Le Britannique va même plus loin en affirmant qu'il n'y aura pas « d'anciens liens ou de loyauté envers ni Ferrari, ni Citroën, ni Peugeot. Il sera totalement impartial. C'est la bonne chose à propos de lui. Il est absolument ouvert et honnête. Parfois, il dérange les gens parce qu'il dit ce qu'il pense. Ce n'est pas un politicien qui dit aux gens ce qu'ils veulent entendre, et c'est ce dont nous avons besoin. »

    Max Mosley, dont le départ avait déjà été demandé suite au scandale sexuel dans lequel il était impliqué, précise que le Français a toujours été son favori pour lui succéder.

    « Je voulais arrêter en 2004 [...]. Je l'avais en tête avant même de suggérer à Jean Todt de se présenter, parce qu'il est la seule personne à l'horizon qui a toute l'expérience nécessaire, les connaissances et de grandes qualités managériales. Mais, à l'époque, il était devenu l'administrateur délégué de Ferrari [...], alors je n'avais pas d'autre alternative que de continuer, même si c'était contre ma volonté. »

    Il confie même avoir songé à partir courant 2007 avant de se raviser après avoir eu vent de l'affaire d'espionnage impliquant McLaren Mercedes.

    Interrogé sur Ari Vatanen, Max Mosley lui réserve un jugement plutôt sévère : « Ari n'arrête pas de se plaindre, et il l'a déjà souvent fait, que je devrais être neutre et ne pas favoriser Jean. [...] Il est venu déjeuner le 3 juillet et il m'a dit qu'il allait se présenter et m'a demandé si je le supporterais. Je lui ai dit que je ne pouvais pas car j'avais promis de supporter Jean. »

    Et le Britannique d'enfoncer le clou, en confiant ce qu'il avait dit au Finlandais alors : « Je vais être très honnête. Je pense que Jean est un bien meilleur candidat. Tu n'as pas d'expérience, tu n'as rien dirigé, tu n'as pas été en charge de la moindre organisation, tu n'as aucune idée de ce à quoi ça ressemble. Tu n'as même jamais piloté ta voiture, tu avais un copilote pour ça. »


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :