• Toyota se retire de la Formule 1

    Toyota a annoncé qu’elle se retirait de la Formule 1 avec effet immédiat, après huit ans de présence dans la discipline.

    Le constructeur automobile japonais a dévoilé sa décision surprise lors d’une conférence de presse à Tokyo, expliquant que la situation économique actuelle avait motivé ce départ.

    "Toyota Motor Corporation (TMC) annonce son intention de se retirer du championnat FIA de Formule 1 à la fin de la saison 2009," a indiqué un communiqué de Toyota.

    "TMC, qui a vu sa participation en Formule 1 comme une contribution à la prospérité de la culture automobile, a dû faire face, en plus de la concurrence au sommet du sport automobile, aux changements économiques brutaux qui ont commencé l’an dernier."

    "Toutefois, lorsque l’on considère les activités sportives de TMC l’an prochain et au-delà du point de vue global sur le moyen terme, face aux réalités économiques actuelles, TMC a décidé de se retirer de la Formule 1."

    Il y avait depuis quelques années des doutes sur l’avenir de Toyota en Formule 1, notamment après les départs de Honda et de BMW. La firme japonaise avait déjà renoncé à organiser le Grand Prix du Japon sur son circuit au Mont Fuji et avait perdu son contrat de fourniture moteur avec Williams pour l’an prochain.

    Mais Toyota avait signé les nouveaux Accords Concorde, qui devaient garantir leur présence en Formule 1 jusqu’en 2012 et le patron de l’équipe, John Howett, avait affirmé de façon catégorique que son équipe serait en Formule 1 en 2010, mais avec un budget réduit.

    L’équipe japonaise avait fait des préparatifs pour la saison 2010, en approchant Robert Kubica et Kimi Räikkönen, avant de parler d’engager Kamui Kobayashi, qui a fait des débuts remarquables au Brésil et qui a confirmé son potentiel à Abu Dhabi.

    "TMC souhaite exprimer sa profonde gratitude envers les pilotes actuels du Panasonic Toyota Racing et à tous les employés de Toyota Motorsport GmbH qui ont permis à l’équipe d’exister."

    "TMC entend faire de son mieux pour trouver la meilleure solution pour les personnes qui seront touchées par les inconvénients que cause cette décision."

    Toyota est entrée en Formule 1 en 2002 avec pour vocation d’être rapidement l’un des prétendants au titre, compte tenu des ressources et du budget qui étaient conséquents. Mais l’équipe a échoué dans sa tâche en réalisant trois pole positions, 13 podiums et en ayant comme meilleur résultat une quatrième place au championnat des constructeurs en 2005.

    Le départ de Toyota pourrait permettre à l’équipe Sauber d’être sur la grille de départ la saison prochaine. L’écurie d’Hinwil compte sur le retrait d’une autre équipe pour pouvoir aligner ses monoplaces en 2010.

    Renault organise aussi une réunion extraordinaire aujourd’hui pour discuter de ses plans d’avenir. Bien qu’il semble que le constructeur automobile français va continuer en Formule 1, un retrait comme celui de Toyota n’est pas à exclure.

    Toyota a ajouté qu’elle continuerait à utiliser son expérience en Formule 1 pour "développer des véhicules de série intéressants" et qu’il continuera à faire des courses automobiles, mais à un niveau inférieur.

    "En sport automobile, [Toyota] ne fera pas seulement des courses dans différentes catégories, mais elle continuera dans la contribution au développement du sport automobile, en soutenant de jeunes pilotes et en planifiant des événements faciles d’accès tout le monde."


    votre commentaire
  • Nouveau président de la FIA

    L’Assemblée Générale de la FIA a tranché, et c’est finalement Jean Todt qui succède à Max Mosley à la tête de la Fédération Internationale de l’Automobile.

    Le Français était en lutte avec Ari Vatanen pour la présidence de la FIA et c’est après le vote de ce vendredi, à Paris, qu’il a été élu. Avec 135 votes, contre 49 pour Vatanen, et 12 absentions ou votes blancs, Todt est sorti large vainqueur de ce duel.

    Ancien pilote de rallye, puis copilote, Todt a été directeur général de Peugeot Sport puis de la Scuderia Ferrari. Max Mosley, le président sortant, n’avait pas caché sa préférence envers le Français. Après 16 années de mandat, le Britannique se retire enfin. Il ne reste plus qu’à attendre les changements promis par Todt à présent.


    votre commentaire
  • Modifie le calendrier 2010

    Le Conseil Mondial de la FIA dévoilait il y a tout juste un mois le calendrier prévisionnel du championnat du monde 2010 de Formule 1. Mais avec une semaine de décalage seulement entre les Grands Prix de Monaco et de Turquie, il n’était pas vraiment au goût des écuries.

    La FOTA avait donc demandé à la fédération internationale de l’automobile de modifier le calendrier pour que les équipes puissent mieux gérer le déplacement entre la Principauté et la Turquie.

    Cette demande ayant été acceptée, l’épreuve monégasque sera avancé d’une semaine et se déroulera donc le 16 mai 2010, soit sept jours après le Grand Prix d’Espagne.

    Enfin, la FIA a également annoncé que les Grands Prix du Brésil et de Abu Dhabi pourraient être intervertis afin que la dernière manche se déroule, comme cette année, sur le circuit de l’île de Yas.

    Alors que le calendrier définitif ne sera pas annoncé avant le mois de décembre, voici le calendrier provisoire modifié :

    Calendrier officiel 2009 de la saison de F1
    POS. DATE GRAND PRIX
    1 14/03/2010 Bahreïn
    2 28/03/2010 Australie
    3 04/04/2010 Malaisie
    4 18/04/2010 Chine
    5 09/05/2010 Espagne
    6 16/05/2010 Monaco
    7 30/05/2010 Turquie
    8 13/06/2010 Canada2
    9 27/06/2010 Europe (Valence)
    10 11/07/2010 Grande Bretagne3
    11 25/07/2010 Allemagne
    12 01/08/2010 Hongrie
    13 29/08/2010 Belgique
    14 12/09/2010 Italie
    15 26/09/2010 Singapour
    16 03/10/2010 Japon
    17 17/10/2010 Corée du Sud1
    18 31/10/2010 Abu Dhabi1
    19 14/11/2010 Brésil

    1 Sujet à l’homologation du circuit.

    2 Les promoteurs du circuit de Montréal étant toujours en discussions avec la FOM, la tenue du Grand Prix du Canada n’est toujours pas assurée, bien que les négociations soient en phase finale.

    3 Sujet à l’homologation du circuit. En outre, des doutes persistent pour le Grand Prix de Grande-Bretagne, la situation du Donington Park demeurant incertaine. Les promoteurs du circuit ont une semaine pour donner à Bernie Ecclestone la garantie qu’ils ont les ressources financières nécessaires à l’organisation d’un Grand Prix.


    votre commentaire
  • Et F.Alonso surgit de nulle part

    Le ciel est gris au dessus de São Paulo à l’entame de cette deuxième séance d’essais libres du Grand Prix du Brésil 2009. 18°C dans l’air, 23°C sur la piste et 84% d’humidité, voici les données météorologiques.

    Plusieurs voitures attendant que la piste soit ouverte et c’est Nick Heidfeld qui s’élance le premier au volant de sa BMW-Sauber. Un grand nombre de pilotes ne tardent pas à imiter l’Allemand.

    Pas de tour d’installation pour cette séance, les premiers chronos tombent dès les premières minutes. Après seulement cinq minutes, Vettel affiche déjà son nom en haut de tableau. 1:14.063 pour l’actuel troisième du championnat, qui ne s’arrête pas là et signe un 1:12.923 après moins de dix minutes d’EL2.

    Seules les deux Renault ne sont pas encore créditées d’un chrono. Il aura fallu attendre un bon quart d’heure pour voir les monoplaces françaises quitter les stands, mais elles ne font qu’un tour d’installation.

    Petite frayeur pour Liuzzi, qui perd le contrôle de sa monoplace mais qui se rattrape bien. Pas de drapeau déployé, l’Italien reprend la piste sans le moindre mal. Button prend les commandes, 1:12.694 pour le pilote Brawn GP. Alonso signe le 18ème temps pour son premier passage devant la ligne de chronométrage tandis que Grosjean est bon dernier.

    Red Bull Racing réplique. Mark Webber signe le deuxième temps, 0,035 secondes derrière Button.Buemi et sa modeste Toro Rosso mettent tout le monde d’accord. Le jeune pilote Suisse signe un honorable 1:12.357, le meilleur tour de ce vendredi pour le moment.

    Il ne reste qu’une petite demi-heure et peu d’activité en piste. Fisichella sort de sa monoplace, arrêtée au bout de la voie des stands. Un problème technique sur sa Ferrari visiblement.

    Plus que dix minutes, et Webber améliore son chrono. Suffisant pour passer Button mais c’est toujours Buemi qui domine ces essais libres 2. Nous entrons dans les dernières minutes, toutes les voitures sont en piste, hormis bien sûr celle de Fisichella.

    Alonso, pourtant bien discret depuis le début du week end, s’offre le meilleur tour au volant de sa R29. 1:12.34 pour l’Ibère. Mais attention à Barrichello, qui réalise le meilleur temps absolu dans le premier secteur. Le pilote local se rate complètement dans le deuxième secteur, il reste donc en P3. Le drapeau à damier est agité, la séance va toucher à sa fin.

    C’est terminé. C’est donc Fernando Alonso qui termine la journée en tête, devant Sebastien Buemi et Rubens Barrichello. Webber, Button, Trulli, Vettel et Rosberg complètent le Top8 de ces essais libres 2 du Grand Prix du Brésil.

    A noter le très faible écart entre les voitures car Alguersuari (P19) n’est qu’à sept dixièmes du temps d’Alonso. Rendez-vous dès demain pour la suite de ce week end Brésilien, où Red Bull et Brawn GP répondent présent comme on s’y attendait.

    Pos Pilotes Equipes Temps Ecart Tours
    01 F. Alonso Renault 1:12.314
    27
    02 S. Buemi Toro Rosso 1:12.357 + 0.043 45
    03 R. Barrichello Brawn 1:12.459 + 0.145 38
    04 M. Webber RBR 1:12.514 + 0.200 41
    05 J. Button Brawn 1:12.523 + 0.209 45
    06 J. Trulli Toyota 1:12.605 + 0.291 37
    07 S. Vettel RBR 1:12.611 + 0.297 45
    08 N. Rosberg Williams 1:12.633 + 0.319 42
    09 A. Sutil Force India 1:12.720 + 0.406 35
    10 L. Hamilton McLaren 1:12.749 + 0.435 39
    11 R. Grosjean Renault 1:12.806 + 0.492 27
    12 R. Kubica BMW Sauber 1:12.862 + 0.548 39
    13 K. Kobayashi Toyota 1:12.869 + 0.555 40
    14 K. Nakajima Williams 1:12.929 + 0.615 41
    15 N. Heidfeld BMW Sauber 1:12.948 + 0.634 38
    16 V. Liuzzi Force India 1:12.950 + 0.636 36
    17 H. Kovalainen McLaren 1:12.992 + 0.678 39
    18 K. Räikkönen Ferrari 1:13.026 + 0.712 42
    19 J. Alguersuari Toro Rosso 1:13.041 + 0.727 40
    20 G. Fisichella Ferrari

    votre commentaire
  • M. Webber annonce la couleur à Interlagos

    Mark Webber a réalisé le meilleur temps de cette première séance d’essais libres, en 1’12’’463, reléguant à quatre dixièmes Rubens Barrichello et son équipier Sebastian Vettel.

    Résumé
    Le Grand Prix du Brésil accueille l’avant-dernière course de la saison, à Interlagos, théâtre de la bataille pour le championnat opposant Jenson Button, Rubens Barrichello et Sebastian Vettel.

    La météo pourrait être l’un des principaux facteurs du week-end, la pluie étant annoncée tout au long de la durée du Grand Prix. Ce vendredi matin à Sao Paulo, le ciel est couvert avec 19°C dans l’air et 21°C en piste. L’humidité est à 87% avec une force du vent à 1,9 m/s.

    Jaime Alguersuari est le premier pilote à réaliser un temps de référence sur le circuit d’Interlagos, à la 14ème minute, en 1’18’’205. Le jeune espagnol découvre la piste, comme son équipier Sébastien Buemi ou encore Romain Grosjean.

    Kimi Räikkönen est le premier pilote de pointe à s’élancer pour un tour chronométré. A sa première tentative, le Finlandais concède plus d’une seconde sur le meilleur temps réalisé par Sébastien Buemi en 1’14’’513.

    La majorité des pilotes sont très rapidement en piste. Ils veulent profiter de l’opportunité de courir sur le sec, même si quelques gouttes de pluie ont déjà fait leur apparition au-dessus du circuit. Alors que Lewis Hamilton augmente la cadence en 1’13’’187, plusieurs pilotes comme Fernando Alonso et Kamui Kobayashi se font piéger en piste et sortent dans l’herbe.

    Peu après le premier tiers de la séance, Sebastian Vettel annonce déjà la couleur : 1’12’’932 pour le pilote Red Bull Racing. L’Allemand est toujours en lice au championnat, à 16 points de Jenson Button et deux longueurs de Rubens Barrichello.

    La pluie s’est intensifiée à la 38ème minute, contraignant tous les pilotes à rentrer aux stands. L’averse ne dure que quelques minutes, mais c’est suffisant pour détremper la piste.

    Plusieurs pilotes reprennent la piste, dont Romain Grosjean qui se fait piéger dans l’un des derniers virages du circuit. Le Français sort dans l’herbe et percute un panneau en polystyrène dont les débris se répandent sur la piste. Le drapeau rouge est déployé à la 57ème minute pour permettre aux commissaires de nettoyer le tracé.

    La piste est réouverte à la 66ème minute et les pilotes s’empressent de sortir des stands. Mark Webber hausse le rythme d’un dixième en 1’12’’805, alors que Rubens Barrichello part en tête-à-queue, mais parvient à reprendre la piste.

    Les pilotes accumulent les erreurs en piste ce matin au Brésil. Sébastien Buemi est lui aussi parti en tête-à-queue et tape par l’arrière un mur de pneus, cassant sa suspension arrière droite.

    Dans les derniers instants de la séance, Mark Webber augmente la cadence en pneus tendres, en 1’12’’463, reléguant à quatre dixièmes Rubens Barrichello et son équipier Sebastian Vettel.

    Mark Webber termine ainsi en tête de cette première séance d’essais libres, devant Rubens Barrichello, Sebastian Vettel, Heikki Kovalainen, Lewis Hamilton, Kazuki Nakajima, Jenson Button et Nico Rosberg.

    Pos Pilotes Equipes Temps Ecart Tours
    01 M. Webber RBR 1:12.463

    02 R. Barrichello Brawn 1:12.874 + 0.411
    03 S. Vettel RBR 1:12.932 + 0.469
    04 H. Kovalainen McLaren 1:12.989 + 0.526
    05 L. Hamilton McLaren 1:13.048 + 0.585
    06 K. Nakajima Williams 1:13.067 + 0.604
    07 J. Button Brawn 1:13.141 + 0.678
    08 N. Rosberg Williams 1:13.147 + 0.684
    09 A. Sutil Force India 1:13.232 + 0.769
    10 K. Räikkönen Ferrari 1:13.321 + 0.858
    11 J. Trulli Toyota 1:13.326 + 0.863
    12 N. Heidfeld BMW Sauber 1:13.464 + 1.001
    13 S. Buemi Toro Rosso 1:13.503 + 1.040
    14 R. Kubica BMW Sauber 1:13.563 + 1.100
    15 G. Fisichella Ferrari 1:13.619 + 1.156
    16 F. Alonso Renault 1:13.787 + 1.324
    17 V. Liuzzi Force India 1:13.829 + 1.366
    18 K. Kobayashi Toyota 1:14.029 + 1.566
    19 J. Alguersuari Toro Rosso 1:14.040 + 1.577
    20 R. Grosjean Renault 1:14.173 + 1.710

    votre commentaire
  • J. Trulli est à son aise en terres japonaises

    La troisième et dernière séance d’essais libres du Grand Prix du Japon se tient dans des conditions totalement différentes de celles rencontrées vendredi. La forte pluie a fait place au soleil, ce qui permet d’avoir 26°C dans l’air et 25°C en piste. L’humidité est de 50%, avec une force du vent à 4,2 m/s.

    Dès l’ouverture de la séance, les pilotes ne perdent pas de temps et entament directement leur programme d’essais puisqu’ils n’ont pas encore testé sur le sec ce week-end. Dans les premières minutes, Kimi Räikkönen se hisse rapidement en tête de la session en 1’33’’453

    Le circuit de Suzuka est une inconnue pour toutes les équipes qui n’y sont plus retournées depuis 2006. Depuis, la règlementation a foncièrement changé, en particulier avec le retour des pneus slicks qui offrent davantage d’adhérence et la rédaction des appuis aérodynamiques.

    Motivés après leur seconde place obtenue à Singapour par Timo Glock, Toyota court à domicile ce week-end et espère décrocher un très bon résultat sur ses terres. Jarno Trulli accélère ainsi la cadence en 1’33’’258.

    Suzuka est un circuit de pilote et, avec le manque d’essais sur le sec, les cartes sont remises à zéro pour tout le monde en vue des qualifications de cet après-midi au Japon. Sébastien Buemi, qui découvre pourtant le tracé, se hisse en tête de la séance en 1’32’’240. Son équipe Toro Rosso dispose de plusieurs améliorations, dont un nouveau diffuseur identique à celui utilisé par l’écurie sœur Red Bull Racing à Singapour.

    Alors que Kimi Räikkönen est revenu à deux dixièmes de lui aux deux tiers de la séance, Sébastien Buemi en rajoute une couche en 1’31’’771. Pendant ce temps, plusieurs pilotes comme Nick Heidfeld et Romain Grosjean partent en tête-à-queue.

    La séance est placée sous drapeau jaune, à dix minutes de la fin, au virage n°10. Mark Webber est parti tout droit dans les graviers et a endommagé sa monoplace. L’Australien occupait la 13ème place de la session. Son équipier Sebastian Vettel pointe lui au deuxième rang.

    Tous les pilotes sont en piste dans les dernières minutes de la séance. Jarno Trulli déloge ainsi Sébastien Buemi pour moins d’un dixième de mieux, en 1’31’’709. Personne ne parvient à inquiéter l’Italien. Sébastien Buemi, Nico Rosberg, Sebastian Vettel, Kimi Räikkönen, Adrian Sutil, Rubens Barrichello et Heikki Kovalainen complètent le top 8.

    Pos Pilotes Equipes Temps Ecart Tours
    01 J. Trulli Toyota 1:31.709

    02 S. Buemi Toro Rosso 1:31.771 + 0.062
    03 N. Rosberg Williams 1:32.343 + 0.634
    04 S. Vettel RBR 1:32.414 + 0.705
    05 K. Räikkönen Ferrari 1:32.445 + 0.736
    06 A. Sutil Force India 1:32.467 + 0.758
    07 R. Barrichello Brawn 1:32.488 + 0.779
    08 H. Kovalainen McLaren 1:32.546 + 0.837
    09 J. Button Brawn 1:32.668 + 0.959
    10 J. Alguersuari Toro Rosso 1:32.689 + 0.980
    11 R. Grosjean Renault 1:32.717 + 1.008
    12 N. Heidfeld BMW Sauber 1:32.736 + 1.027
    13 F. Alonso Renault 1:32.742 + 1.033
    14 T. Glock Toyota 1:32.749 + 1.040
    15 K. Nakajima Williams 1:32.752 + 1.043
    16 L. Hamilton McLaren 1:32.789 + 1.080
    17 R. Kubica BMW Sauber 1:32.848 + 1.139
    18 G. Fisichella Ferrari 1:32.878 + 1.169
    19 M. Webber RBR 1:32.930 + 1.221
    20 V. Liuzzi Force India 1:33.167 + 1.458

    votre commentaire
  • A.Sutil, premier d’une séance perturbée par la pluie

    Les conditions météorologiques sont exécrables cet après-midi au Japon. La pluie a refait son apparition depuis la première séance d’essais libres et continue toujours de s’abattre sur le circuit de Suzuka, créant des flaques et des rigoles d’eau sur la piste.

    A l’ouverture de la séance, seuls les pilotes Toro Rosso effectuent un tour d’installation. Les équipes ne devraient pas beaucoup tourner cet après-midi car les météorologues prévoient des conditions sèches pour la journée de demain.

    Après un long moment d’interruption en piste, où Vitantonio Liuzzi a notamment passé le temps en s’adonnant à la photo, Fernando Alonso n’est que le troisième pilote à sortir en piste après le second tiers de la course. L’Espagnol rentre directement après un tour d’installation, la piste étant fort détrempée.

    Jaime Alguersuari réalise tout de même le premier temps de référence en 1’56’’848 après une heure et six minutes d’essais. L’Espagnol est imité par son compatriote quelques instants plus tard en claquant un 1’48’’693.

    Dans les cinq dernières minutes de la séance, la majorité des pilotes sont en piste, après avoir attendu dans leur stand pendant une heure. Avec plusieurs voitures sur le circuit, les conditions de piste s’améliorent. Kazuki Nakajima se hisse ainsi, comme ce matin, en tête de la séance en 1’48’’058, alors que Jarno Trulli se fait une petite frayeur en sortant légèrement de la piste.

    La deuxième séance d’essais libres revient finalement à Adrian Sutil en 1’47’’261. Il devance Sebastian Vettel, Vitantonio Liuzzi, Lewis Hamilton, Kazuki Nakajima, Sébastien Buemi, Fernando Alonso et Jarno Trulli. Heikki Kovalainen, Jenson Button et Rubens Barrichello n’ont pas pris la piste.

    Pos Pilotes Equipes Temps Ecart Tours
    01 A. Sutil Force India 1:47.261

    02 S. Vettel RBR 1:47.923 + 0.662
    03 V. Liuzzi Force India 1:47.931 + 0.670
    04 L. Hamilton McLaren 1:47.983 + 0.722
    05 K. Nakajima Williams 1:48.058 + 0.797
    06 S. Buemi Toro Rosso 1:48.691 + 1.430
    07 F. Alonso Renault 1:48.693 + 1.432
    08 J. Trulli Toyota 1:48.737 + 1.476
    09 J. Alguersuari Toro Rosso 1:48.802 + 1.541
    10 R. Kubica BMW Sauber 1:48.861 + 1.600
    11 K. Räikkönen Ferrari 1:48.886 + 1.625
    12 K. Kobayashi Toyota 1:49.054 + 1.793
    13 M. Webber RBR 1:49.382 + 2.121
    14 R. Grosjean Renault 1:49.405 + 2.144
    15 G. Fisichella Ferrari 1:49.553 + 2.292
    16 N. Rosberg Williams 1:49.872 + 2.611
    17 N. Heidfeld BMW Sauber 1:50.179 + 2.918
    18 H. Kovalainen McLaren
    +
    19 J. Button Brawn
    +
    20 R. Barrichello Brawn
    +

    votre commentaire
  • H.Kovalainen le plus rapide sous la pluie

    Comme l’avait annoncé les météorologues, la première séance d’essais libres du Grand Prix du Japon débute sous une piste détrempée. La température ambiante n’est que de 21°C, celle de la piste de 22, avec une humidité à 93% et une force du vent à 0,4 m/s.

    Kamui Kobayashi, le pilote d’essai et de réserve de Toyota, remplace Timo Glock pour la première journée d’essais libres, l’Allemand étant souffrant en raison d’une forte fièvre. Le Japonais est connu pour avoir remporté le titre de GP2 Asia Series en 2008-2009.

    En raison des conditions de piste, les pilotes ne font qu’un tour d’installation en début de session et tardent à effectuer un chrono. A l’aise sous la pluie, Lewis Hamilton signe l’un des premiers temps de référence en 1’46’’974, alors que plusieurs pilotes partent à la faute, comme Fernando Alonso à l’épingle.

    Limité pourtant par son nombre de moteurs neufs disponibles – il ne lui en reste d’ailleurs plus – Sebastian Vettel ne limite pas ses essais et se porte également rapidement en tête de la séance, en 1’43’’218.

    Alors que la pluie a cessée à la mi-séance, Lewis Hamilton accélère la cadence en 1’42’’642. Le champion du monde en titre est cependant rapidement délogé par le régional de l’étape, Kazuki Nakajima, pour moins d’un dixième de mieux.

    Pour sa première séance d’essais libres, alors qu’il n’a plus piloté la Toyota TF109 depuis les essais hivernaux d’Algarve avant la saison, Kamui Kobayashi ne démérite pas. Le Japonais, connu pour son sens de l’attaque en GP2 Series, réalise le neuvième temps à huit dixièmes de son compatriote.

    En difficulté depuis qu’il a repris le volant de Luca Badoer en Italie, Giancarlo Fisichella se montre pour la première fois à son avantage au volant de la Ferrari, bénéficiant d’une piste toujours humide. L’Italien s’affiche au troisième rang, alors que Heikki Kovalainen hausse le rythme en 1’42’’495.

    Au fur et à mesure que la piste s’assèche, les temps s’améliorent au fil des tours. Adrial Sutil prend ainsi la tête de la séance. L’Allemand a d’ailleurs toujours été à l’aise sur la pluie. Le pilote Force India perd sa première place dans les sept dernières minutes de la séance, Lewis Hamilton signant un 1’41’’443.

    Dans les derniers instants de la séance, Heikki Kovalainen claque un 1’40’’356. Il devance Kazuki Nakajima, Adrian Sutil, Giancarlo Fisichella, Sébastien Buemi, Lewis Hamilton, Fernando Alonso et Kimi Räikkönen.

    Pos Pilotes Equipes Temps Ecart Tours
    01 H. Kovalainen McLaren 1:40.356
    24
    02 K. Nakajima Williams 1:40.648 + 0.292 18
    03 A. Sutil Force India 1:40.806 + 0.450 14
    04 G. Fisichella Ferrari 1:40.985 + 0.629 27
    05 S. Buemi Toro Rosso 1:41.421 + 1.065 26
    06 L. Hamilton McLaren 1:41.443 + 1.087 15
    07 F. Alonso Renault 1:41.532 + 1.176 22
    08 K. Räikkönen Ferrari 1:41.577 + 1.221 25
    09 R. Barrichello Brawn 1:41.821 + 1.465 19
    10 N. Rosberg Williams 1:42.188 + 1.832 20
    11 M. Webber RBR 1:42.332 + 1.976 10
    12 V. Liuzzi Force India 1:42.475 + 2.119 15
    13 J. Trulli Toyota 1:42.657 + 2.301 13
    14 J. Alguersuari Toro Rosso 1:42.667 + 2.311 27
    15 R. Kubica BMW Sauber 1:42.833 + 2.477 17
    16 N. Heidfeld BMW Sauber 1:42.977 + 2.621 14
    17 S. Vettel RBR 1:43.218 + 2.862 11
    18 J. Button Brawn 1:43.318 + 2.962 17
    19 K. Kobayashi Toyota 1:43.407 + 3.051 16
    20 R. Grosjean Renault 1:43.572 + 3.216 22

    votre commentaire
  • Un contrat de 3 ans

    Tout le monde le savait, il ne manquait que l'officialisation. Maintenant c'est officiel, Fernando Alonso rejoint Ferrari dés 2010 et ce pour une durée de trois ans.

    Le team principal de l'équipe Stefano Domenicali a déclaré : « Nous sommes très fiers d'accueillir dans notre équipe un nouveau pilote victorieux, qui a démontré son incroyable talent en remportant deux championnats du monde dans sa carrière. »

    L'arrivée de l'Espagnol au sein de la Scuderia était la clé des transferts cette saison et devrait donc lancer la grande salve des chaises musicales.

    Kimi Räikkönen devrait plus que probablement retourner dans son ancienne écurie : McLaren Mercedes. Le Finlandais, qui avait remporté son premier titre en 2007 lors de sa première année de collaboration avec le cheval cabré, quittera donc les rouges avec un an d'avance (il avait un contrat pour 2010).

    « Bien sûr, nous tenons à remercier Kimi pour tout ce qu'il a fait durant ce temps avec Ferrari. Dès sa première année avec nous, il a remporté le titre, et il a apporté une contribution importante dans les titres constructeurs 2007 et 2008. Même durant une saison difficile comme l'actuelle, il a démontré son talent avec plusieurs bons résultats, donc une victoire à Spa. »

    Le départ du Finlandais de chez Ferrari avant la fin de son contrat s'est fait d'un commun accord.

    « D'un commun accord, nous avons décidé de mettre un terme au contrat qui me liait à Ferrari jusqu'à la fin 2010 avec un an d'avance, » déclare Kimi Räikkônen

    « Je suis très triste de quitter une équipe avec laquelle j'ai passé trois années fantastiques et avec laquelle j'ai gagné de nombreuses courses. Ensemble, nous avons gagné la moitié des titres sur cette période et j'ai remporté le titre des pilotes en 2007, l'objectif que je m'étais fixé au début de ma carrière. Je me suis toujours senti chez moi et j'aurais de très bons souvenirs de cette équipe. »


    votre commentaire
  •  Le Franco-suisse est malade

    Romain Grosjean, le pilote Franco-suisse de l'ING Renault F1 Team, ne sera peut-être pas en mesure de disputer le Grand Prix de Singapour 2009 à cause d'une maladie.

    En effet, après être arrivé sur le circuit le jeudi pour la préparation de l'événement, Romain Grosjean est reparti à son hôtel afin de se reposer afin d'être prêt pour les premiers essais libres de vendredi.

    Dans le cas où Romain Grosjean ne serait pas en mesure de monter dans la deuxième R29 aux côtés de Fernando Alonso, c'est Luca di Grassi, qui a finit en troisième position du championnat de GP2 Series 2009, assurera le rôle du seconde pilote de Renault F1, le temps que Romain Grosjean se rétablisse. Di Grassi avait repris le poste de troisième pilote de l'écurie française après que Romain Grosjean ait remplacé Nelson Piquet Jr dès le Grand Prix d'Europe à Valence.

    Les membres de l'ING Renault F1 Team se montre cependant confiant quant à la capactié de Romain Grosjean à pouvoir prendre part à ce 14ème Grand Prix de la saison 2009.


    votre commentaire
  •  Max Mosley lui-même le pense

    Après avoir obtenu gain de cause en évinçant Flavio Briatore à vie de la Formule 1, Max Mosley se concentre désormais sur sa succession à la présidence de la FIA en défendant la candidature de Jean Todt, dont il assure qu'il sera une source d'apaisement pour la Formule 1.

    « Jean fera bien mieux que moi dans de nombreux domaines [...] et d'une certaine manière, il dérangera moins les équipes parce qu'il ne viendra pas avec la prochaine grande idée, » confie Max Mosley, critiquant ainsi de façon à peine voilée, l'adversaire du Français, Ari Vatanen.

    « Il s'assurera que tout tourne comme une horloge et soit complètement juste, honnête, ouvert et transparent - et c'est ce dont vous avez besoin, » explique-t-il, alors que certains membres du collège électoral de la FIA semblent s'interroger sur leur vote.

    En effet, Jean Todt ne semble pas en mesure d'incarner le renouveau attendu par certains - impression renforcée par le soutien que lui apporte Max Mosley - et sa personnalité, tout comme celle de Flavio Briatore, fait débat puisqu'il a été team principal de Ferrari - d'où une potentielle source de conflit d'intérêt - et qu'il a été impliqué dans diverses polémiques au cours de sa carrière, que ce soit sur le Paris-Dakar ou en Formule 1. Cependant, l'actuel président de la FIA défend celui dont il veut faire son héritier : « Toutes les choses que Jean a fait l'ont été dans le cadre des règles, comme elles l'étaient à l'époque, et dans le meilleur intérêt de son équipe. »

    Le Britannique va même plus loin en affirmant qu'il n'y aura pas « d'anciens liens ou de loyauté envers ni Ferrari, ni Citroën, ni Peugeot. Il sera totalement impartial. C'est la bonne chose à propos de lui. Il est absolument ouvert et honnête. Parfois, il dérange les gens parce qu'il dit ce qu'il pense. Ce n'est pas un politicien qui dit aux gens ce qu'ils veulent entendre, et c'est ce dont nous avons besoin. »

    Max Mosley, dont le départ avait déjà été demandé suite au scandale sexuel dans lequel il était impliqué, précise que le Français a toujours été son favori pour lui succéder.

    « Je voulais arrêter en 2004 [...]. Je l'avais en tête avant même de suggérer à Jean Todt de se présenter, parce qu'il est la seule personne à l'horizon qui a toute l'expérience nécessaire, les connaissances et de grandes qualités managériales. Mais, à l'époque, il était devenu l'administrateur délégué de Ferrari [...], alors je n'avais pas d'autre alternative que de continuer, même si c'était contre ma volonté. »

    Il confie même avoir songé à partir courant 2007 avant de se raviser après avoir eu vent de l'affaire d'espionnage impliquant McLaren Mercedes.

    Interrogé sur Ari Vatanen, Max Mosley lui réserve un jugement plutôt sévère : « Ari n'arrête pas de se plaindre, et il l'a déjà souvent fait, que je devrais être neutre et ne pas favoriser Jean. [...] Il est venu déjeuner le 3 juillet et il m'a dit qu'il allait se présenter et m'a demandé si je le supporterais. Je lui ai dit que je ne pouvais pas car j'avais promis de supporter Jean. »

    Et le Britannique d'enfoncer le clou, en confiant ce qu'il avait dit au Finlandais alors : « Je vais être très honnête. Je pense que Jean est un bien meilleur candidat. Tu n'as pas d'expérience, tu n'as rien dirigé, tu n'as pas été en charge de la moindre organisation, tu n'as aucune idée de ce à quoi ça ressemble. Tu n'as même jamais piloté ta voiture, tu avais un copilote pour ça. »


    votre commentaire
  • Jusqu'à la fin de la saison 2009

    Renault a nommé Bob Bell comme son niveau team principal, dans la foulée du départ de Flavio Briatore pour son implication dans l'affaire de Singapour.

    Bob Bell, qui est le directeur technique de l'équipe, prendra le poste dans la restructuration temporaire qui restera en place jusqu'à la fin de la saison. Il continuera également son rôle de directeur technique.

    Dans le cadre de la restructuration forcée par les évènements de ces dernières semaines, Jean-François Caubet, actuel directeur marketing et de la communication, deviendra le directeur général de l'équipe française.

    Un communiqué publié par Renault indique : « Bob Bell et Jean-François Caubet dépendront directement de Bernard Rey, Président de Renault F1 Team. Bob Bell sera présent à toutes les courses jusqu'à la fin de la saison et il sera le porte-parole de l'équipe concernant toutes les questions sportives et techniques. »

    « Le Renault F1 Team est à présent prêt à se concentrer sur le futur et souhaite clarifier qu'aucun autre commentaire ou communiqué ne sera diffusé concernant les événements relatifs au Grand Prix de Singapour 2008. »


    votre commentaire
  • « C'est loin d'être le cas ! »

    Romain Grosjean déclare qu'il n'est pas blasé, à l'inverse peut-être de certains pilotes, attendant avec impatience de disputer son quatrième Grand Prix en Formule 1, à Singapour, dans deux semaines.

    Le Français a connu un week-end difficile pour sa troisième participation en Formule 1, sur le circuit de Monza. Qualifié 12ème, il avait d'autres attentes qu'une lointaine 15ème place à l'arrivée, mais il veut se concentrer sur les aspects positifs et les choses à améliorer, comme ses départs.

    « Ca y est... c'en est fini de la saison européenne. Alors que certains pilotes sont peut être déjà blasés, moi, après trois GP, c'est vraiment loin d'être le cas ! Pour ce troisième GP, j'avais d'autres attentes mais je veux me concentrer sur le positif. Je continue d'apprendre et à ce niveau, il y en a des choses à maîtriser, » a déclaré Romain Grosjean sur son site officiel.

    « Monza, le temple de la vitesse comme on dit... et c'est vrai. Mais en fait, ce n'est sans doute pas ce qui est le plus impressionnant. Ce qui est vraiment très fort, c'est la vitesse de passage en courbe. C'est là, qu'on voit que la F1 est vraiment une machine hors pair ! Sans égal, je dirais même... »


    « Ce weekend, j'étais déjà plus prêt des performances de Fernando [Alonso], en qualifs, j'ai manqué Q3 d'un petit dixième... J'ai commis une petite faute mais j'ai essayé, je suis plutôt du genre à attaquer et à pousser plutôt qu'à me dire 'j'aurais pu passer plus fort'... Bon là, ça n'a pas payé mais P12, c'était pas si mal... Après c'est vrai que le départ n'a pas été brillant. Un point sur lequel je dois travailler avec mes ingés. Ils me confirment que je fais ce qu'il faut alors à nous maintenant de vraiment comprendre ce qu'il se passe lorsque les feus s'éteignent ! »

    Romain Grosjean déclare qu'il a rapidement eu une course très compliquée après un accrochage avec une Williams, dès le premier virage, qui a endommagé sa monoplace à plusieurs endroits et ruiné sa course.

    « Dimanche, ma course a été très vite compliquée, la faute à une touchette avec une Williams au premier virage. Ma R29 n'en est pas sortie indemne, un pneu arrière entaillé sur près de 25 centimètres, un aileron avant et le fond plat abîmés, quand mes ingés me demandaient à la radio comment était la voiture dans mon premier relais, je répondais tout simplement 'undriveable' [pas pilotable]... Ils ont vite compris le pourquoi du comment et en fait, on a vraiment eu de la chance que mon pneu n'explose pas pendant mon premier relais ! »

    Le Français ajoute qu'il attend avec impatience de disputer le Grand Prix de Singapour, qui sera une grande première pour lui, puisque ça sera son premier déplacement en Formule 1 en-dehors de l'Europe. Il compte cependant bien s'entraîner pour aborder l'épreuve de nuit dans les meilleures conditions.

    « C'est sans doute un peu dommage mais comme dit, mais je veux rester positif. Avec mes ingés, je suis de plus en plus à l'aise. On se connaît mieux, ils savent ce que j'aime, comment je règle habituellement ma voiture et ça paie car en termes de perfo, on était déjà plus dans le coup. Là, la prochaine étape sera une grande nouveauté pour moi. Nouveau circuit, première course 'overseas' [sur un autre continent], premier Grand Prix de nuit... Bref, ça va en faire beaucoup mais je ne suis pas inquiet. Je pense d'ailleurs me préparer comme d'habitude... Il faut dire que pour le sport auto, la meilleure préparation c'est de rouler or le nouveau règlement ne permet pas les essais pendant la saison, alors je ferai du sport, j'étudierai les données de l'an dernier et surtout je me concentrerai sur les essais dès le vendredi une fois sur place ! »

    « Dans ce sens (Europe-Asie), je n'ai normalement pas trop de problème à me caler. On a en F1 plus d'essais qu'en GP2 et une de mes forces a toujours été d'apprendre les circuits assez rapidement... alors espérons que cette fois encore, ce soit le cas ! D'ici là, je vais travailler... travailler dur pour essayer d'aborder la prochaine course dans les meilleures conditions ! Une chose est sûre, je compte en profiter ! »


    votre commentaire
  • L. Hamilton en pole devant Sutil !

    Lewis Hamilton s'élancera de la pole position ce dimanche à Monza, aux côtés d'Adrian Sutil qui confirme la bonne forme de Force India sur les circuits nécessitant peu d'appuis. Kimi Räikkönen sauve les meubles de Ferrari à domicile en réalisant le troisième temps.


    Résumé de la Q1 :

    Les qualifications du Grand Prix d'Italie débutent sous un temps estival. La température ambiante est de 27°C et celle de la piste de 40°C, l'humidité est à 33% avec une force de vent à 1,3 m/s.

    Giancarlo Fisichella, qui est sorti de la piste ce matin à la Parabolica, réalise le premier temps de référence en 1'25''590, alors que son remplaçant chez Force India, Vitantonio Liuzzi, se fait une petite frayeur sur les vibreurs, en allant dans l'herbe à la sortie d'une chicane. L'Italien est cependant rapidement délogé par son équipier Kimi Räikkönen, qui réalise le meilleur temps absolu en 1'24''230.

    Mais c'est sans compter sur la fougue de Rubens Barrichello, bien dans le coup depuis le début du week-end à Monza, qui hausse le rythme en 1'23''483, alors que c'est à présent au tour du second pilote Force India, Adrian Sutil, à se louper dans la Parabolica, mais heureusement sans conséquence à l'exception pour son chrono.

    Peu après la mi-séance, Lewis Hamilton ravit la première place à Rubens Barrichello, pour deux centièmes de mieux, sous le sourire de son père et manager Anthony.

    A trois minutes du terme de la séance, tous les pilotes sont en piste. Kimi Räikkönen ravit les tifosi venus en nombre pour soutenir Ferrari en s'installant en tête de la session : 1'23''349 pour le Finlandais. Timo Glock, Kazuki Nakajima, Nico Rosberg, Sébastien Buemi et Jaime Alguersuari sont éliminés.


    Résumé de la Q2 :

    C'est reparti pour 15 minutes d'essais qualificatifs. Mark Webber s'affiche rapidement en tête de la séance devant les pilotes Brawn GP, rassurant sur l'état de forme de Red Bull Racing qui a été assez discrète depuis le début de ce week-end à Monza.

    La deuxième séance se passera sans Nick Heidfeld, victime d'un problème technique dès le début des hostilités. Pendant ce temps, Rubens Barrichello répond à Mark Webber et claque un 1'22''976 ! La malchance s'abat sur BMW Sauber puisque c'est à présent au tour de Robert Kubica d'abandonner, suite à un problème moteur.

    Les 13 pilotes restant sont en piste à deux minutes de la fin de la séance. Giancarlo Fisichella améliore et monte au 13ème rang, mais ce n'est pas encore suffisant. Quelques instants plus tard, Lewis Hamilton rappelle qu'il faudra compter sur lui pour la pole position, délogeant la première place occupée par Rubens Barrichello pour trois millièmes de mieux.

    Mais c'est sans compter sur Jenson Button qui claque un 1'22''955, alors que Sebastian Vettel se qualifie difficilement pour la Q3 après avoir réalisé le 10ème temps. Jarno Trulli, Romain Grosjean, Robert Kubica, Giancarlo Fisichella et Nick Heidfeld sont éliminés.


    Résumé de la Q3 :

    La bagarre pour la pole position est lancée. Kimi Räikkönen réalise le premier temps de référence en 1'25''586, alors que Lewis Hamilton échoue à cinq dixièmes du Finlandais. Le champion du monde en titre se rattrape le tour suivant et claque un 1'24''605 !

    Seuls trois pilotes ont réalisé un chrono, avec Sebastian Vettel qui se classe dernier. Il faut attendre les trois dernières minutes de la séance pour avoir la véritable bagarre pour la pole position. A leur première tentative, personne ne parvient à déloger Lewis Hamilton, qui possède toujours quatre dixièmes d'avance sur Kimi Räikkönen.

    Mais c'est sans compter sur la fougue d'Adrian Sutil qui décroche la pole position provisoire au volant de sa Force India. Lewis Hamilton n'a cependant pas encore renoncé à s'élancer de la première place dimanche à Monza et il renverse la situation : pole position pour le Britannique en 1'24''066.

    Adrian Sutil est deuxième devant Kimi Räikkönen et Heikki Kovalainen. Rubens Barrichello, Jenson Button, Fernando Alonso, Vitantonio Liuzzi, Sebastian Vettel et Mark Webber complètent le top 10.


     

    Résultats des qualifications









    Cl.
    Pilote Equipe Châssis Q1 Q2 Q3 Tours
    01 - Lewis Hamilton McLaren Mercedes MP4/24 1'23''375 1'22''973 1'24''066 23
    02 - Adrian Sutil Force India VJM02 1'23''576 1'23''070 1'24''261 24
    03 - Kimi Räikkönen Ferrari F60 1'23''349 1'23''426 1'24''523 28
    04 - Heikki Kovalainen McLaren Mercedes MP4/24 1'23''515 1'23''528 1'24''845 27
    05 - Rubens Barrichello Brawn GP BGP 001 1'23''483 1'22''976 1'25''015 23
    06 - Jenson Button Brawn GP BGP 001 1'23''403 1'22''955 1'25''030 26
    07 - Vitantonio Liuzzi Force India VJM02 1'23''578 1'23''207 1'25''043 26
    08 - Fernando Alonso Renault R29 1'23''708 1'23''497 1'25''072 25
    09 - Sebastian Vettel Red Bull Racing RB5 1'23''558 1'23''545 1'25''180 23
    00 - Mark Webber Red Bull Racing RB5 1'23''755 1'23''273 1'25''314 24
    11 - Jarno Trulli Toyota TF109 1'24''014 1'23''611 --- 20
    12 - Romain Grosjean Renault R29 1'23''975 1'23''728 --- 22
    13 - Robert Kubica BMW-Sauber F1.09 1'24''001 1'23''866 --- 17
    14 - Giancarlo Fisichella Ferrari F60 1'23''828 1'23''901 --- 24
    15 - Nick Heidfeld BMW-Sauber F1.09 1'23''584 1'24''275 --- 14
    16 - Timo Glock Toyota TF109 1'24''036 --- --- 11
    17 - Kazuki Nakajima Williams FW31 1'24''074 --- --- 9
    18 - Nico Rosberg Williams FW31 1'24''121 --- --- 12
    19 - Sébastien Buemi Toro Rosso STR4 1'24''220 --- --- 12
    20 - Jaime Alguersuari Toro Rosso STR4 1'24''951 --- --- 11

    votre commentaire
  •  A.Sutil devant R.Grosjean et F.Alonso

    Adrian Sutil a réalisé le meilleur temps de la deuxième séance d'essais libres du Grand Prix d'Italie. L'Allemand confirme la bonne forme du moment de son équipe Force India et relègue à trois dixièmes Romain Grosjean et Fernando Alonso.


    Résumé des essais libres 2 :

    La deuxième séance d'essais libres débute sous un ciel ensoleillé. La température ambiante est de 28°C, celle de la piste de 37°C, avec une humidité à 34% et une force de vent à 1,7 m/s.

    Comme d'habitude, les pilotes ne tardent pas à mener leurs essais dans la session de l'après-midi, Jaime Alguersuari réalisant le premier temps de référence en 1'29''834 dans les premières minutes de la séance. Heikki Kovalainen abaisse cependant rapidement la marque en 1'25''311.

    Alors que Kimi Räikkönen rentre aux stands sous les yeux de Michael Schumacher, Sebastian Vettel mène un programme plus chargé que ce matin, étant obligé de limiter ses essais car il ne lui reste plus que deux moteurs pour les cinq dernières courses de la saison. L'Allemand occupe actuellement la quatrième place, à quatre dixièmes du meilleur temps, après avoir parcouru six tours jusqu'à présent.

    Après un net regain de forme à Spa-Francorchamps, Nick Heidfeld permet de penser que BMW Sauber sera également compétitive ce week-end à Monza, alors qu'elle cherche toujours un repreneur pour l'année prochaine. En pneus tendres, l'Allemand claque un 1'24''693.

    Adrian Sutil ne démérite pas non plus. Après la surprenante pole position et seconde place de Giancarlo Fisichella obtenues à Spa-Francorchamps, l'Allemand porte haut les couleurs de Force India. Peu avant la mi-séance, il occupe la deuxième place à seulement un dixième de Nick Heidfeld.

    Kazuki Nakajima se fait une grosse frayeur à la mi-séance. Le Japonais part large dans la Parabolica, mais il parvient à éviter l'accident et à regagner la piste sans avoir abimé sa monoplace.

    Giancarlo Fisichella va-t-il regretter d'avoir rejoint Ferrari en laissant Vitantonio Liuzzi prendre sa place chez Force India ? Toujours est-il que l'équipe indienne semble continuer sur son impressionnante forme de Spa-Francorchamps, avec Adrian Sutil qui réalise le meilleur temps en 1'24''314.

    Comme en Belgique, il y a deux semaines, les qualifications devraient encore être très disputées ce week-end à Monza. Aux deux tiers de la séance, les 15 premiers pilotes se tiennent en moins d'une seconde.

    Tous les pilotes sont en piste dans les dernières minutes de la séance, à l'exception de Heikki Kovalainen. Adrian Sutil réalise ainsi le meilleur temps en 1'23''924, devant Romain Grosjean et Fernando Alonso. Heikki Kovalainen, Robert Kubica, Timo Glock, Nick Heidfeld et Kimi Räikkönen complètent le top 8.

     

    Résultats de la séance








    Cl.
    Pilote Equipe Châssis M.T.

    Ecarts

    Tours
    01 - Adrian Sutil Force India VJM02 1'23''924 --- 28
    02 - Romain Grosjean Renault R29 1'24''163 + 0'00''239 31
    03 - Fernando Alonso Renault R29 1'24''297 + 0'00''373 35
    04 - Heikki Kovalainen McLaren Mercedes MP4/24 1'24''482 + 0'00''558 41
    05 - Robert Kubica BMW-Sauber F1.09 1'24''622 + 0'00''698 40
    06 - Timo Glock Toyota TF109 1'24''634 + 0'00''710 36
    07 - Nick Heidfeld BMW-Sauber F1.09 1'24''693 + 0'00''769 34
    08 - Kimi Räikkönen Ferrari F60 1'24''796 + 0'00''872 39
    09 - Kazuki Nakajima Williams FW31 1'24''799 + 0'00''875 36
    00 - Sébastien Buemi Toro Rosso STR4 1'24''884 + 0'00''960 44
    11 - Lewis Hamilton McLaren Mercedes MP4/24 1'24''902 + 0'00''978 32
    12 - Vitantonio Liuzzi Force India VJM02 1'24''921 + 0'00''997 39
    13 - Jarno Trulli Toyota TF109 1'24''967 + 0'01''043 40
    14 - Mark Webber Red Bull Racing RB5 1'24''979 + 0'01''055 25
    15 - Jaime Alguersuari Toro Rosso STR4 1'25''003 + 0'01''079 34
    16 - Rubens Barrichello Brawn GP BGP 001 1'25''140 + 0'01''216 35
    17 - Nico Rosberg Williams FW31 1'25''215 + 0'01''291 38
    18 - Sebastian Vettel Red Bull Racing RB5 1'25''386 + 0'01''462 27
    19 - Jenson Button Brawn GP BGP 001 1'25''424 + 0'01''500 32
    20 - Giancarlo Fisichella Ferrari F60 1'25''543 + 0'01''619 36

    votre commentaire
  • Domination des McLaren Mercedes

    McLaren Mercedes a dominé cette première séance d'essais libres du Grand Prix d'Italie. Lewis Hamilton a réalisé le meilleur temps en 1'23''936, sans jamais avoir été inquiété, repoussant à quatre dixièmes son équipier Heikki Kovalainen et plus d'une demi-seconde Adrian Sutil.


    Résumé des essais libres 1 :

    La première séance d'essais libres débute sous un temps estival. La température ambiante est de 25°C, celle de la piste à 28°C, avec une humidité à 48% et une force du vent à 0,4 m/s.

    Tous les pilotes, à l'exception de Romain Grosjean, effectue un ou deux tours d'installation. Giancarlo Fisichella prend ainsi pour la première fois le volant de la Ferrari sous les applaudissements des tifosi venus en nombre pour soutenir l'équipe italienne. Vitantonio Liuzzi en fait de même dans la Force India. Après deux ans sans compétition, l'Italien aura à coeur de se remettre rapidement dans le rythme afin de montrer qu'il n'a rien prévu de sa compétitivité.

    Après un quart d'heure d'essais libres, Romain Grosjean réalise finalement son tour de sortie pour reconnaître le circuit de Monza, alors que Sébastien Buemi signe le premier temps de référence du week-end en 1'29''687. Après quelques tours, le Suisse abaisse la marque en 1'26''490.

    Après s'être fait une frayeur en attaquant trop fort un vibreur, Lewis Hamilton s'affiche directement en tête de la séance, avec un chrono en 1'24''632. Equipée du KERS, le Britannique a une bonne opération à jouer ce week-end pour le Grand Prix d'Italie, où elle devrait être plus compétitive qu'à Spa-Francorchamps, il y a deux semaines.

    Pendant ce temps, Giancarlo Fisichella et Vitantonio Liuzzi découvrent leur monoplace respective. Après quelques difficultés au freinage, le pilote Ferrari parvient à prendre ses marques au volant de la F60. Malgré son absence de deux ans de la compétition en Formule 1, Vitantonio Liuzzi ne démérite pas non plus.

    Alors que Lewis Hamilton accélère la cadence en 1'24''147, Sebastian Vettel n'a toujours pas effectué le moindre chrono à la moitié de la séance. Suite à ses deux casses moteurs à Valence, l'Allemand est contraint de préserver ses V8 car il ne lui en reste plus que deux de disponibles pour les cinq dernières courses de la saison.

    Après n'avoir parcouru qu'un tour d'installation, Sebastian Vettel prend enfin la piste à 14 minutes de la fin, alors que son équipier Mark Webber a effectué 12 tours du circuit et que le pilote le plus assidu en piste est Sébastien Buemi avec 27 tours à son compteur. Les premiers tours de l'Allemand ne sont pas faciles, relégué bon dernier à près de trois secondes de Lewis Hamilton, qui a entretemps abaissé la marque en 1'23''936.

    Tous les pilotes sont en piste en fin de séance, sauf Sebastian Vettel qui est rentré aux stands après avoir effectué sept tours et décroché le 18ème temps. Lewis Hamilton n'est pas inquiété et termine la séance en tête devant son équipier Heikki Kovalainen. Adrian Sutil confirme la bonne forme du moment de Force India en réalisant le troisième temps à une demi-seconde. Fernando Alonso, Nick Heidfeld, Sébastien Buemi, Jenson Button et Giancarlo Fisichella complètent le top 8.


     

    Résultats de la séance








    Cl.
    Pilote Equipe Châssis M.T.

    Ecarts

    Tours
    01 - Lewis Hamilton McLaren Mercedes MP4/24 1'23''936 --- 26
    02 - Heikki Kovalainen McLaren Mercedes MP4/24 1'24''332 + 0'00''396 27
    03 - Adrian Sutil Force India VJM02 1'24''471 + 0'00''535 24
    04 - Fernando Alonso Renault R29 1'24''477 + 0'00''541 21
    05 - Nick Heidfeld BMW-Sauber F1.09 1'24''683 + 0'00''747 25
    06 - Sébastien Buemi Toro Rosso STR4 1'24''703 + 0'00''767 35
    07 - Jenson Button Brawn GP BGP 001 1'24''706 + 0'01''770 21
    08 - Giancarlo Fisichella Ferrari F60 1'24''732 + 0'01''796 24
    09 - Mark Webber Red Bull Racing RB5 1'24''759 + 0'00''823 19
    10 - Kimi Räikkönen Ferrari F60 1'24''761 + 0'00''825 26
    11 - Robert Kubica BMW-Sauber F1.09 1'24''813 + 0'00''877 20
    12 - Rubens Barrichello Brawn GP BGP 001 1'24''826 + 0'00''890 24
    13 - Nico Rosberg Williams FW31 1'24''927 + 0'00''991 29
    14 - Kazuki Nakajima Williams FW31 1'25''150 + 0'01''214 28
    15 - Romain Grosjean Renault R29 1'25''612 + 0'01''676 18
    16 - Vitantonio Liuzzi Force India VJM02 1'25''689 + 0'01''753 29
    17 - Jaime Alguersuari Toro Rosso STR4 1'25''742 + 0'01''806 30
    18 - Sebastian Vettel Red Bull Racing RB5 1'25''951 + 0'02''015 8
    19 - Jarno Trulli Toyota TF109 1'26''020 + 0'02''084 13
    20 - Timo Glock Toyota TF109 1'26''325 + 0'02''389 27

    votre commentaire
  •  Pour les deux premières chicanes

    Les pilotes de Formule 1 seront découragés de couper les deux premières chicanes à Monza ce week-end après l'installation de vibreurs plus élevés.

    Le problème des voitures coupant tout droit les vibreurs à Rettifilo et Roggia a été une difficulté au Grand Prix d'Italie pendant plusieurs années, malgré les grands efforts faits pour trouver une solution qui satisfasse à la fois la FIA et les pilotes.

    Cette année, la FIA a approuvé les plans de rehaussement des vibreurs situés au sommet des deux premières chicanes, ce qui devrait décourager les pilotes d'essayer de couper les virages.

    Ce concept s'est déjà révélé être un grand succès après avoir été installé à la chicane Veedol du Nürburgring et à la nouvelle chicane de Barcelone.


    votre commentaire
  • Il remplace G.Fisichella dès Monza

    Force India a confirmé que son pilote de réserve Vitantonio Liuzzi remplacera Giancarlo Fisichella à partir du Grand Prix d'Italie ce week-end.

    Giancarlo Fisichella a quitté l'équipe la semaine dernière pour courir chez Ferrari, et il était attendu que Vitantonio Liuzzi prenne la place de son compatriote au sein de l'écurie indienne.

    « Je suis ravis de donner à Tonio l'opportunité de retourner dans un baquet de titulaire, car je sais que cela le démange depuis ces deux dernières années. Force India est à présent dans une position très compétitive et nous avons besoin d'un pilote qui peut continuer cette lancée. Ce sera la chance pour Tonio de démontrer à la fois à l'équipe et au peloton qu'il a le dévouement, la vitesse et le professionnalisme pour obtenir des résultats et je suis sûr qu'il saisira cette opportunité, »
    a déclaré Vijay Mallya, propriétaire de l'équipe.

    Vitantonio Liuzzi, âgé de 28 ans, a disputé sa dernière course de Formule 1 à la fin de la saison 2007, et n'a pas testé la monoplace de cette année depuis novembre. L'Italien est cependant optimiste sur le fait qu'il sera capable de faire un bon boulot pour continuer l'impressionnante forme de Force India.

    « Je ne peux pas attendre de revenir dans la voiture en situation de course, en particulier pour mon Grand Prix national à Monza. J'apprécie vraiment l'opportunité que Vijay m'a donné, particulièrement maintenant que Force India a une superbe voiture qui donne de très bons résultats, » a indiqué Vitantonio Liuzzi.

    « Je suis convaincu que je peux continuer sur nos progrès. Je suis très motivé. Je suis en bonne forme et j'ai faim d'obtenir plus de points. Même si c'est malheureux que cela arrive en conséquence directe de l'accident de Felipe [Massa], c'est mon opportunité pour montrer aux gens ce que je peux faire et j'attends ça vraiment avec impatience. »


    votre commentaire
  •  

    Il sera le pilote de réserve

    Stefano Domenicali a déclaré qu'il avait mûrement réfléchi avant de choisir Giancarlo Fisichella, et tient à ce que l'Italien ait une longue relation avec l'équipe, puisqu'il deviendra le pilote de réserve de l'équipe en 2010.

    « Nous avons choisi Giancarlo, car nous pensons qu'il peut apporter une contribution significative au niveau des points lors de la fin de cette saison incertaine. En outre, nous avons réfléchi à ce que pourrait être son rôle au sein de l'équipe dans un futur proche, en prenant aussi les expériences de cette année en compte. Il sera le pilote de réserve en 2010, » a déclaré Stefano Domenicali, team principal de Ferrari, sur le site officiel de l'équipe.

    « Je veux remercier Vijay Mallya [propriétaire de Force India] et Force India F1 pour avoir donné à Giancarlo la possibilité d'annuler son contrat à un moment si heureux pour l'équipe, lui permettant de réaliser son rêve en tant que pilote. »

    « Maintenant, nous devons nous concentrer sur Monza, un évènement dont nous nous soucions vraiment d'une façon très spéciale : nous savons que ça sera difficile de maintenir le niveau de performance que nous avons eu lors des derniers Grands Prix, mais nous ferons de notre mieux pour divertir nos fans et j'espère qu'il y en aura beaucoup sur le circuit pour nous soutenir. »


    votre commentaire
  •  

    « Il mérite sa place chez Ferrari »

     

    Luca di Montezemolo, président de Ferrari, a chaleureusement accueilli Giancarlo Fisichella à Maranello, où il remplacera Felipe Massa jusqu'à la fin de la saison avant de devenir pilote de réserve en 2010.

    « J'ai choisi [Giancarlo] Fisichella pour plusieurs raisons, à commencer par le fait qu'il le mérite, qu'il est en superbe forme et qu'il est un pilote expérimenté. A côté de cela, nous voulions tous avoir un pilote italien dans notre voiture pour Monza et enfin, car ça englobe une vue globale, car il sera notre troisième pilote, » a déclaré Luca di Montezemolo sur le site officiel de Ferrari.

    L'Italien a également tenu à remercier Luca Badoer, pour avoir accepté de rendre service à l'équipe. Il n'avait plus couru en Grand Prix depuis 10 ans, et n'avait plus piloté une monoplace de Formule 1 depuis 10 mois quand il a repris la compétition à Valence et Spa-Francorchamps qui s'est finalement soldée par un échec.

    « C'est un moment important, qui a lieu dans la foulée d'une superbe victoire de Kimi Räikkönen. Nous avons aussi de bonnes et importantes nouvelles sur le fait que Felipe Massa guérit bien et sera plus que prêt pour la première course de la saison prochaine. Je souhaite remercier Luca Badoer qui, une nouvelle fois a été si sensible envers Ferrari. Par conséquent, je regarde vers Monza avec confiance et en particulier avec un grand plaisir en ayant [Giancarlo] Fisichella dans l'équipe. »

    En parlant davantage de Felipe Massa, Luca di Montezemolo a ajouté : « La bonne nouvelle est que Felipe courra bientôt, qu'il se rétablit et qu'il sera tout à fait prêt à courir la saison prochaine est un plus supplémentaire, après ce qui a été un terrible mois d'août pour nous, avec son accident, toutes les incertitudes et, malheureusement, les difficultés physiques de Michael Schumacher, quand nous aurions aimé le voir dans notre voiture. Cependant, petit à petit, nous faisons les bonnes choses à nouveau. La victoire est le meilleur remède. »


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique